Blue Machine

How the Ocean Shapes Our World – d’Helen Czerski

Révisée par Marte Greefs (co-fondatrice et responsable des opérations chez Go Ocean)

La citation suivante introduit le dernier chapitre de Blue Machine : « You can’t protect what you don’t understand. And you won’t, if you don’t care. » par Lacy Veach, astronaute de la NASA. C’est précisément à cause de la signification de cette citation que nous ajoutons une critique de livre à nos articles d’actualité Go Ocean.

L’océan a toujours le même aspect de notre point de vue « terrestre ». Cela ressemble à une vaste masse d’eau qui ne bouge que peu à cause des marées, qui fait parfois face à du gros temps, avec des vagues massives dans le paradis de certains surfeurs ou avec de l’eau immobile et glacée autour des pôles. Cependant, cette perspective ne pourrait être plus éloignée de la vérité.

La physicienne et océanographe Helen Czerski décrit l’océan comme un moteur qui se déplace, change continuellement, fait circuler l’énergie, entretient la vie et fournit des matières premières. C’est un moteur dont nous dépendons.

Comprendre l'océan, une histoire à la fois

Les trois premiers chapitres du livre vous enseignent les caractéristiques de base du moteur océanique. Ils parlent de température, de salinité et de gravité. Et même si cela semble logique, c’est plus complexe et plus imbriqué que vous ne pourriez l’imaginer.

Les chapitres suivants expliquent comment la lumière et le son traversent l’eau, quels matériaux et organismes sont des passagers océaniques et quelles espèces sont considérées comme des voyageurs océaniques. Les relations complexes entre tous les écosystèmes, les animaux et les humains sont explorées en profondeur, en tenant compte du climat, de l’histoire et de la culture.

J’ai tellement aimé lire ces six chapitres. J’ai dû interrompre mon partenaire dans tout ce qu’il faisait pour lui dire ce que j’avais appris, encore et encore. Après 350 pages au contenu fascinant, j’ai essayé de retenir mes pensées, mais mon partenaire a souffert jusqu’à la toute dernière page.

Le dernier chapitre est douloureux

Le professeur Czerski a fait un travail incroyable en enseignant à un non-expert le fonctionnement de la machine bleue. Elle a retenu mon attention du début à la fin, me faisant apprécier encore plus l’océan. Mais ensuite, le livre vous frappe avec le chapitre 7.

La situation de l’océan ne s’annonce pas très bonne. Mais avec une perspective correcte, une connaissance, une appréciation et une humble compréhension de notre moteur océanique en tant qu’élément majeur de la capacité de survie de notre planète, nous devrions être capables de nous en soucier et, par conséquent, d’agir.

« … une connaissance plus approfondie de l’océan s’accompagne de la responsabilité d’être de bons citoyens de notre planète océan. »

Citoyens d'une planète bleue

Après avoir parcouru les dernières pages à plusieurs reprises, voici les points clés que j’ai rassemblés :

Nous devrions tous intégrer une perspective océanique dans notre vision du monde, ce qui signifie que nous devrions sensibiliser l’opinion, partager nos connaissances et entamer des conversations. Après, nous pourrons comprendre, apprécier et agir.

Nous devons choisir de cesser de causer des dommages à nos océans. Il est dévastateur de réaliser quels sont les effets de l’utilisation des combustibles fossiles sur l’équilibre délicat des écosystèmes océaniques.

Nous devrions commencer à réparer les dégâts déjà causés. Il faudra une combinaison de réduction des émissions, de changement de comportement et de réparation active de ce que nous avons maltraité. Cela se traduira par un moteur océanique sain qui servira et protégera à nouveau la vie sur terre en capturant le carbone, en empêchant l’érosion côtière… afin que les générations futures puissent découvrir la beauté de notre planète comme nous l’avons fait.

The Blue Marble, pris par Ron Evans ou Harrison Schmitt de l’équipage d’Apollo 17 en 1972.

Êtes-vous prêt à devenir citoyen d’une planète bleue ?

Nous avons tant pris de la nature et il est maintenant temps pour nous de redonner.

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Spread the word.

Reversing the tide

(English only) Anticipating the doom and gloom, there are clear resolutions at hand—in todays’ technological advance more than ever. The problem lies with our laxity, the extreme security we have grown so attached to—up the extent we stay indifferent to

En savoir plus